ABOUT

Photo : Mathieu Cugnot

J’ai rencontré Fred Marvaux dans un bordel chinois. Il tirait sur une pipe à opium avec un savoir-faire étourdissant. Les habitués le regardaient avec respect. De là vient peut-être sa capacité à regarder le monde avec un oeil différent…

 

Non?...

Non, pas tout à fait. Plutôt :

 

Photographier le monde, tout le monde : Fred Marvaux n’a cessé de garder cette idée fixe à l’esprit.

C’est un objectif sur sa ligne d’horizon, sans faire de jeu de mots.

Si la photo est géométrie, alors Fred Marvaux est un géomètre. Il construit ses images à l’égal d’un architecte. Le mouvement des corps, celui des sportifs par exemple, crée les mêmes lignes de tension, les mêmes perspectives qu’un monument. Il n’y a pas de hasard : l’architecture est une autre de ses passions.

Si la photo est émotion, ce grand type à la silhouette un peu voûtée a le cœur au bord du déclic. Qu’il arpente un camp de Roms ou le bord d’un terrain de foot, il cherche l’image juste, celle qui résume mieux que tout une situation.

Avoir fait ses armes dans la presse quotidienne régionale, au plus près des sujets, ceux du quotidien, les avoir enluminés de son travail, lui a donné une solide formation en émotion.

Si la photo est audace, je suis prêt à mettre un jeton sur Fred Marvaux. Il a su quitter à un moment le confort d’une autre vie professionnelle pour se jeter sur les routes, arpenter les stades, les arrières-cours, les meetings politiques, et continuer de photographier toujours plus.

Ainsi, le monde se reflète dans ses images, tout le monde.

 

Julien Bénéteau